via dal cortile_aps_fr

Une ville bonne pour les enfants c’est une bonne ville pour tous

“Une ville bonne pour les enfants est une ville bonne pour tous”, est l’une des phrases les plus connues et récurrentes que Francesco Tonucci nous propose depuis de nombreuses années. La déclaration contient un concept important qu’il concerne la politique et l’urbanisme des villes en faveur d’une meilleure coexistence et qualité de vie des personnes.

Une politique qui considère droits de l’enfant, écoute les enfants et les implique dans les décisions gouvernementales, obtenant un résultat beaucoup plus large et même global : celui de transformer l’espace urbain, ce qui le rend adapté à tous les citoyens.

Si nous concevons nos villes pour qu’elles soient sûres, accessibles et adaptées aux enfants, elles seront automatiquement meilleures pour tous. » – Enrique Peñalosa, ancien maire de Bogota. Discours d’investiture en tant que maire de Bogotá (2016)

Penser seulement, par exemple, aux questions qui concernent sécurité, mobilité, accessibilité et inclusion, des aspects qui, s’ils sont considérés dans la planification urbaine, permettent la création ou la transformation d’espaces communs garantissant un une meilleure qualité de vie pour les gens

Promouvoir une ville amie des enfants, ça ne veut pas dire infantiliser la ville et ne même offrir de nombreux services et espaces dédiés aux enfants, mais leur garantir, ainsi qu’à l’ensemble de la communauté, le droit à l’espace public.
La vision du développement et l’urbanisme sont des thèmes fondamentaux dans la recherche d’une transformation des villes, et tous deux sont directement liés à l’attitude de la classe politique dans la gestion et la gouvernance d’une entreprise, en mettant en évidence ses principes, ses règles, procédures et priorités ». Bref, la gouvernance.

Celui qui est délégué pour décider (car c’est ce qui se passe, du moins dans les démocraties occidentales), doit décider des aspects qui influencent la qualité de vie et le bien-être de tous les citoyens :transports, hébergement, installations, services et plus encore. Pour le faire correctement, il faut donc prendre en compte le large éventail de destinataires de ces décisions.

« Les villes ont la capacité de contenir et de nourrir des personnes de tous âges,
et les enfants en particulier, sinon ils risquent d’échouer lamentablement.”
Jane Jacobs, architecte et activiste canadienne, dans “Death and Life of Great American Cities” (1961)

Tonucci nous invite à placer les enfants au centre des décisions politiques qui concernent la ville. Les enfants aiment garantie d’attention aux besoins de toutes les catégories les plus faibles et qu’eux aussi revendiquent des droits sur la ville, comme les femmes, les handicapés, les personnes âgées, les immigrés, les adolescents, etc.

Une proposition qui contraste fortement avec le modèle conventionnel sur lequel les villes d’aujourd’hui ont été créées, c’est-à-dire en faveur d’un citoyen typique, masculin, adulte, travailleur et motorisé.

L’expérience de plus de 30 ans du projet « La ville des enfants », dans lequel des maires, des conseillers et d’autres personnalités ayant un pouvoir de décision dans différents pays du monde ont appris à écouter les enfants,a démontré que l’implication dès les enfants dans le gouvernement de la ville Cela a un réel impact positif sur le bien-être et le bonheur des gens..

Écouter les enfants, garantir le droit au jeu et à la mobilité, favoriser les rencontres, la promenade et se concentrer sur l’esthétique et la réorganisation, urbaine c’est un objectif réalisable.

« Si nous voulons des villes plus sûres, plus saines et plus durables, nous devons commencer par écouter les enfants. » – Jan Gehl, architecte et urbaniste danois. “Ville pour le peuple” (1996)

Comme le dit bien Francesco Tonucci dans son livre « La ville des enfants », la ville moderne a connu une évolution vers la séparation et la spécialisation, avec des espaces distincts destinés à différentes fonctions et individus :“différents endroits pour différentes personnes, différents endroits pour différentes fonctions. Le centre historique pour les banques, les boutiques de luxe, les divertissements ; la banlieue pour dormir. Ensuite, il y a les places pour enfants, la crèche, l’aire de jeux, la salle de jeux ; les places des personnes âgées, l’hospice, le centre pour personnes âgées ; les lieux de savoir, de l’école maternelle à l’université ; les lieux. spécialisés pour faire du shopping, le supermarché, le centre commercial. Ensuite, il y a l’hôpital, le lieu de la maladie (cit. Lewis Mumford)”

Il est donc évident que le modèle de développement urbain a eu un impact significatif sur le tissu social et sur le sentiment de communauté au sein des villes, ce qui évidemment ce n’est pas compatible avec la vision d’une ville bonne pour tous.

– Mais quelque part, quelque chose commence à changer. –

Les vieilles villes, souvent devenues de véritables centres commerciaux, commencent à lutter pour leur survie,pour être plus vivables et plus proches de leurs citoyens, pour reconquérir l’espace public perdu, et enfin rendre la ville entre les mains de ses bénéficiaires légitimes : tous les citoyens dans leur ensemble..

Ce nouveau type d’urbanisme requiert avant tout détermination et volonté politique, sensibilité et vision stratégique pour lutter contre les grands problèmes du status quo, des problèmes de mobilité existants, peut-être issus de situations historiques, économiques et sociales, et accompagnés d’une planification urbaine imprudente.

Un urbanisme qui doit de toute urgence changer de priorités, en donnant la priorité aux citoyens à pied, aux cyclistes en second, aux transports publics en second et aux véhicules privés en dernier.

Francesco, citant la Bible, nous propose un beau passage de Zacharie : « sur les places de Jérusalem, les vieillards seront assis chacun avec un bâton à la main, et ils seront remplis de filles et de garçons qui joueront…»

Ainsi, c’est là l’essentiel : il faut se diriger vers l’avenir, mais en regardant le passé, la place, l’agora de la ville grecque qui constituait initialement le carrefour symbolique entre la sphère publique et la sphère individuelle, pour ensuite avancer dans le temps, dans le forum romain, où, entre autres, les habitants se rencontraient et interagissaient entre les étals de commerce, y compris les enfants ils ont couru partout gaiement.. ”

“La ville des enfants est une ville où les enfants peuvent se rendre à l’école à pied, jouer dans la rue et participer à la vie communautaire.”
Francesco Tonucci – “La ville des enfants” (1996)

La ville du futur, la ville véritablement intelligente, sera certainement très différente de celle d’aujourd’hui. Pourtant, elle saura tirer parti de notre passé et de toutes les ressources structurelles que l’avenir nous offre sans perdre une partie des fondamentaux caractéristiques que l’histoire nous a enseignée : être des lieux de rencontre et de coexistence pour tous, et non des lieux séparés et sectorisés par classe sociale..

Nous devrons donc regarder en arrière, non pas par nostalgie, mais par conscience morale que le droit à la ville est le droit de tous.

Un autre aspect important de la philosophie de Tonucci et de so nville des enfants c’est la considération que promouvoir une ville amie des enfants pour créer un meilleur avenir pour tous c’est un engagement collectif, ce qui nécessite la collaboration de tous les citoyens, les écoles, les parents, les administrateurs, professionnels de la santé et urbanistes.. Un travail intersectoriel qui implique tout le monde, au profit de tous.

Il existe des villes dans le réseau international « La ville des enfants » comme Fano, Huesca, Jundiaí, Rosario et Buenos Aires qui travaillent depuis des années avec un grand engagement et réalisent des transformations très importantes.

La ville de Pontevedra, en Espagne, est un exemple frappant des transformations entreprises sous les idées d’un une meilleure ville pour tous, mais nous en reparlerons sereinement dans un prochain article.

“Les villes sont des espaces de coexistence et de développement, et les enfants sont un élément clé de cette équation. Nous devons écouter leurs besoins et leurs perspectives pour créer des environnements urbains plus équitables et plus attrayants.” – Saskia Sassen, sociologue et experte de la mondialisation urbaine. La ville mondiale” (1991)

Noi adulti siamo appunto adulti, e vediamo le cose come adulti.

Nous, les adultes, sommes précisément des adultes et nous voyons les choses comme des adultes. De plus, nous avons depuis longtemps perdu les caractéristiques de nos plus jeunes citoyens : une perspective unique et différente sur le monde, plus proche du sol et plus attentif aux détails sensoriels.

Leurs idées, propositions et observations peuvent aider les adultes à identifier les problèmes et les solutions qui pourraient être négligés par les adultes.

Leur prédisposition naturelle à la créativité et à l’imagination, leur pensée inclusive et divergente, si elle est interprétée correctement, ils peuvent conduire à des solutions innovantes et originales pour le design urbain.

Même si l’objectif de Ville des enfants, ce n’est pas éducatif, nous ne pouvons nier que les citoyens en pleine croissance qui participent aujourd’hui avec leurs idées, leurs propositions et leurs protestations, seront les décideurs de demain, et en les impliquant et en les encourageant dès leur plus jeune âge à exercer une citoyenneté active, ils auront un plus grand sentiment d’identité, d’appartenance et de responsabilité face à leur réalité..

Dans le même temps, l’implication émotionnelle pour l’environnement public environnant sera renforcée, encourageant un plus grand sentiment d’attention et de respect pour la ville.

Et, il n’est pas difficile de penser qu’ainsi les enfants d’aujourd’hui, qui deviendront adultes demain, se soucieront beaucoup plus de la santé et de la beauté de leur ville. Un des premiers enjeux du Projet

La ville des enfants je c’est faire face à une écoute réelle et profonde des enfants.

Créer un canal d’écoute est simple, mais écouter véritablement la diversité des enfants et savoir la valoriser est un sujet complexe, qui nécessite une préparation du monde des adultes.

Mais, c’est aussi une discussion qui mérite un article dédié et que nous nous engageons à proposer prochainement. .

“Nous ne pouvons pas concevoir des villes intelligentes et durables sans prendre en compte les besoins et les droits des enfants. Ils sont des agents de changement et leur participation est essentielle pour construire des communautés plus inclusives et résilientes.” – Joan Clos, ancien maire de Barcelone et ancien directeur exécutif d’ONU-Habitat. « Des villes pour un meilleur avenir : Déclaration de Quito sur des villes et des établissements humains durables pour tous » (2016)

Picture of Ernesto Martire

Ernesto Martire

Membre fondateur et coordinateur administratif de l'association

Pour vous inscrire à la conférence ZOOM gratuite en espagnol à laquelle Francesco Tonucci participera ce 18 avril à 12h00 – heure d’Argentine, suivez ce lien

partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *